NEWS !
Loading...

Après avoir témoigné pour EatFat2BeFit.fr au sujet de ses débuts dans l’alimentation LCHF, Loïc Robineau nous offre aujourd’hui un nouveau retour d’expérience d’alimentation pauvre en glucides et riche en lipides, mais dans le cadre d’une activité sportive. Loïc a participé il y a quelques jours à une Spartan Race ! Voici ce qu’il nous rapporte :

Samedi 30 juillet, 2016, 4h du matin. 

Le réveil sonne tôt ce matin car nous avons 350 kms à faire pour nous rendre à la station de ski du mont Owl's Head (Province du Québec) à quelques pas des lignes américaines. Ce matin à 10h30 je prendrai le départ d'une Spartan Race format "Super", c’est à dire selon l'organisation : 13 kms ou plus et une bonne vingtaine d'obstacles. 

Depuis que je suis rentré de déplacement dans la nuit de mercredi à jeudi (je suis camionneur longue distance) je me suis mis au repos. Depuis un an que je suis passé à une alimentions LCHF, j'ai progressivement augmenté ma charge d'entraînement à mesure que j'accumulais des connaissances. Ces derniers temps ont été durs sur l'organisme, et il est indispensable d'écouter son corps. 

Ce matin je débute avec une grande tasse d'eau chaude dans laquelle j'ai dilué un bouillon cube, au lieu du café. C'est un moyen rapide de faire le plein de sodium, minéral indispensable dont on peut facilement manquer si on suit une diète low-carb et qu'en plus on transpire beaucoup à l'entraînement. Viennent avec ça 3 œufs et 2 tranches de bacon revenu dans de l'huile de coco, et un avocat. Je ne mangerai plus rien avant la fin de la course, prévue selon moi vers 15h....

En route ! Nous partons (la famille m’accompagne) en ramassant un café (une bassine de café??!!!) comme seule l'Amérique du nord sait faire. Au final ce n'est pas une bonne idée. Le café est un diurétique et m’obligera à plusieurs pauses pipi, même pendant la course. 

10h30 arrive. Je suis prêt. J'ai mon sac d'hydratation remplie de 2L d'eau mélangée avec des électrolytes (sodium, magnésium, potassium) et sans sucre, juste un peu de stevia. Lors de ma première Spartan Race, la version sprint (8kms), j'avais noté un léger mal de tête que j'ai attribué justement à ce manque de minéraux. On verra. 

La course débute au pied des pistes de ski. Et ça monte droit, à pic et longtemps. Courir est inenvisageable, et j'ai besoin de monter en température......



En effet, j'avais déjà remarqué sans vraiment comprendre, qu'après un entraînement de Crossfit ou HIIT, j'étais bien plus frais et énergique qu'avant de commencer. Idem pour les courses. Les premières 20-30 mn sont "difficiles". Puis presque soudainement, un changement s'opère. J'ai récemment appris qu'il s'agit en fait d'un changement métabolique, un "switch", où l'organisme nous signale qu'il est désormais prêt à faire face aux pires contraintes. Le foie s'est mis à fabriquer des cétones et du glycogène en mode turbo, le flux sanguin est chargé de ce mélange en plus des acides gras, et tout cela va joyeusement servir à fournir un maximum d'énergie. 

Une fois atteint ce stade, les jambes se mettent à aller presque toutes seules. Les mitochondries (centrales énergétiques de nos cellules pour faire simple) qui se sont multipliées grâce à l'entraînement, et surtout adaptées à brûler des acides gras pour fournir de l'ATP (notre énergie) ont rendu le cycle bien plus efficace. Le cerveau lui, tourne majoritairement aux cétones, me donnant une clarté mentale et une concentration à peine croyable, même après 3 heures de course. Je peux rester concentré sur ma foulée dans les descentes ultra-techniques (imaginez descendre une piste noire, sans neige, en courant et vous y êtes) et de faire presque à chaque pas un état de mes chevilles et autres articulations. 



Les kilomètres et les obstacles défilent, les stations de ravitaillement permettent de refaire le plein et les électrolytes sont les bienvenues. Je m'arrête à peine le temps de remplir le sac d'hydratation si besoin, là où d'autres commencent à sortir l'arsenal sucré. Gels, compotes, Gatorade et j'en passe. Désormais ces personnes devront avaler ça à un rythme régulier si elles veulent finir la course, car le seul carburant que leur corps sait utiliser, le glycogène, est désormais épuisé. Je les regarde, incrédule, me disant que je suis bien content de carburer au gras, car j'en ai bien assez sur moi pour finir plusieurs courses !!!



Je cours comme une chèvre des montagnes dans les descentes, euphorique, souriant, dépassant un grand nombre de coureurs qui grimacent. Certains sont assis sur le côté ou allongés, au bord des larmes ou de l'évanouissement. Ceux-là ont "frappé le mur", leur organisme, par manque de sucre, déclare forfait. Dans les montées je marche, mais je ne m'arrête jamais. J'ai aussi noté une faculté de récupération accrue. L'entraînement y fait, mais la production d'énergie à partir d'acides gras produit énormément moins de déchets métaboliques que celle du glucose, et je pense que çà y fait. Du coup à la fin d'une grosse côte, après quelques pas le cœur reprend un rythme de croisière et je peux me remettre à trottiner. 

L'un des derniers obstacles est en vue, un "RIG", sorte de module que vous devez traverser en vous accrochant à des anneaux, cordes, barreaux verticaux. Musculairement c'est ultra intense. Je me demande comment mes muscles vont réagir, car on entend souvent dire que les muscles ont besoin de glucides pour les efforts intenses... Ça passe, et pourtant c'était dur, mais je n'ai pas vu de différence par rapport au temps où j'étais sur une diète à base de glucides, signe que l'organisme est désormais aussi efficace en fonctionnant aux acides gras. 

Je commence néanmoins à ressentir quelques tensions au psoas, signe que je manque encore d'entraînement et d'adaptation surtout en descente. Mon euphorie m'a peut-être fait allé un peu trop vite :-)

Mais l'arrivée est là, derrière un dernier obstacle, et c'est toujours en souriant que je la franchis, 3h59 après être parti et avoir parcouru 16kms et 1600m de dénivelé positif. Mon bébé me donne ma médaille, je suis au bord des larmes tellement l'expérience a été riche d'enseignements. 



Bref, que du bonheur, beaucoup d'informations tirées de cette expérience. Le low-carb fait des merveilles, et combiné avec un entraînement polarisé (merci le Paléofit) comprenant un fond d'endurance basse intensité, deux à trois séances de HIIT (dont une de course comme des 30-30 par exemple) et des exercices de musculations divers, on peut construire une bonne base sur laquelle évoluer. Le corps humain est une machine formidable, qui s'avère incroyablement performant si on le nourrit et qu'on l'entraîne comme il a été prévu. 



Dernier gros défi de l'année, la Spartan Beast dans le Vermont, là où les Spartan Races sont nées. Mais cette fois, ce sera 23 kms et plus, 30 à 40 obstacles et des températures moins clémentes. 

A bientôt pour de prochaines aventures LCHF !


Romain Bardet un athlète Cétoadapté utilisant l'alimentation LCHF et les boissons VESPAPOWER ?


Hier, vendredi 22 juillet 2016, Romain Bardet remportait sa première étape du tour de France 2016. Âgé de 25 ans, Romain vient grâce à cette performance, se placer second du classement général. Les passionnés de cyclisme connaissent déjà le palmarès du jeune originaire de la Haute-Loire arrivé dans l’équipe AG2R La mondiale depuis 2012, date de son entrée dans le circuit pro. 


Pour les non-initiés il fait 6e du tour de France 2014, puis 9e en 2015 et gagne cette année cette 19e étape du tour 2016, et surtout se positionne second au classement général derrière Chris Froome, ce qui n’est pas rien pour les passionnés d’alimentation LCHF que nous sommes, puisque le premier et le second de se tour 2016 utilisent l’alimentation pauvre en glucides et riche en lipides pour optimiser leur nutrition et leurs performances. Aujourd’hui, intéressons-nous à Romain Bardet et non à Chris Froome.

Avant-hier, mon ami Peter Defty, PDG fondateur de la société VespaPower aux États-Unis, grand défenseur d’une alimentation LCHF et Cétogène pour les sportifs (à commencer par lui-même dans sa pratique), publie un email de remerciements de Romain, pour son programme OFM (Optimized Fat Metabolisme) et sa boisson VESPA POWER.



 Puis Hier, après la victoire de Romain, Peter félicite officiellement Romain pour sa victoire d’étape :


Enfin aujourd’hui, Peter met en ligne un article sur le site de www.vaspapower.com pour féliciter Romain :



Qu’est-ce que ça prouve me direz-vous ? Comment être certain que Romain est bien un athlète ayant effectué sa révolution alimentaire en utilisant principalement les lipides comme source d’énergie ?

La réponse est simple : Il suffit de s’intéresser 2 minutes à VespaPower, ce qu’il y a dedans et l’approche de ce produit et de son fondateur Peter Defty !

Vespa Power est une boisson énergétique d’une nouvelle génération. Elle apporte peu de calories, peu d’énergie, son rôle est simplement de permettre une meilleur utilisation, une meilleur mobilisation des lipides comme source d’énergie ! On oublie donc la boisson miracle qui booste avec des torrents de sucres utilisables immédiatement avec un pic glycémique énorme, et on remplace par une boisson qui aide juste un peu le corps à faire mieux ce qu’il sait déjà très bien faire : BRULER DU GRAS !

Ce type de boisson est totalement inutile pour un sportif qui n’est pas cétoadapté, avec une alimentation standard composée de beaucoup de glucides. Ainsi, consommer VESPA POWER prouve de fait (expliqué ici), qu’on a affaire avec Romain Bardet à un sportif cétoadapté (Fat Adapted pour être plus précis) et c’est une excellente nouvelle, Froome n’est plus seul ! :)

Merci à Peter Defty qui n’est pas avare en partage de connaissances et qui est avant tout un homme passionné. Vous pouvez par exemple écouter une de ses interventions à Vail en ce début 2016, ci-dessous :




LeBron James, joueur professionnel américain de basket-ball (les cavaliers de Cleveland), vient de remporter un nouveau titre de champion NBA avec son équipe fétiche de Cleveland, après avoir obtenu précédemment le titre suprême en 2012 et 2013 avec les Heat de Miami.

Considéré comme le meilleur joueur de la NBA depuis 2009, double champion olympique en 2008 et 2012, il remporte notamment le titre de meilleur marqueur.

Quel est le rapport entre ce grand champion et l’alimentation LCHF (LowCarb High Fat) ?

La réponse est simple, voici ce que déclarait LeBron James en 2014 dans les colonnes de Sports Illustrated :
« J’ai mangé sans sucre, sans lait, sans glucides", a déclaré LeBron à Sports Illustrated . "Je mangeais uniquement de la viande, du poisson, des légumes et des fruits. C'est tout. Pendant 67 jours consécutifs.»
LeBron James s’est inspiré des changements alimentaires de son coéquipier Ray Allen, lors de son passage dans l’équipe de Miami Heat.

En publiant une photo de lui sur Instagram, il a soulevé beaucoup d’interrogations sur la pertinence de ce choix alimentaire sur ses performances sportives !


Avec cette victoire en 2016, les doutes sont levés ! 



Sources et liens :
Page wikipédia en Fr : https://fr.wikipedia.org/wiki/LeBron_James
Source : http://kediet.com/blog/lebron-james-discusses-ketogenic-paleo-weight-loss-no-carbs-sugar-for-67-days/
Source : http://www.si.com/edge/2014/08/11/inside-lebron-james-weight-loss-and-low-carb-diet
Source : http://www.examiner.com/article/high-fat-ketogenic-and-paleo-diets-gain-favor-among-athletes-like-lebron-james
Actualité : http://www.basketusa.com/news/367297/lebron-james-a-brise-la-malediction-de-toute-une-ville/
Actualité : http://www.basketusa.com/blogs/367380/le-jour-ou-lelu-a-rempli-sa-mission/


Didier a 46 ans. Il réside en Belgique ou il est vétérinaire et passe des journées très intenses en déplacements pour venir en aide aux animaux de la ferme. Grâce à l’alimentation LCHF, Didier a perdu 14 kilos en 4 mois et sa santé a pu grandement s’améliorer.

EatFat2BeFit : Nous tenons à vous remercier pour cet entretien. Tout d’abord pouvez-vous vous présenter, et nous expliquer votre façon de vous alimenter avant d’avoir pris la décision du changement ?

Didier : Je suis vétérinaire de grands animaux et j’ai 46 ans. Avant de débuter mon régime, je mangeais beaucoup de tout et certains aliments en excès. Ma boisson favorite était le soda avec des frites au moins 5 fois par semaines. Un pain blanc pour deux jours et des charcuteries à volonté. Beaucoup de viande de bœuf et beaucoup de légumes. Quant à la crème glacée et le sorbet citron, je ne vous dis pas.

EatFat2BeFit : Comment avez-vous connu l’alimentation LCHF et pourquoi l’avoir choisie ?

Didier : Je l’ai connue par Facebook, un ami (Ulrich co-fondateur de EatFat2BeFit.fr) la prône depuis de nombreux mois et ma femme a aussi attiré mon attention car elle s’y intéresse beaucoup. J’ai choisi ce régime car il est basé sur la matière grasse que j’adore et la protéine que… j’adore tout autant. J’avais déjà fait un régime auparavant en supprimant les féculents de mon repas principal et cela fonctionne donc je me suis dit, nous allons faire au moins pareil.

EatFat2BeFit : Qu’est ce qui a concrètement motivé votre passage à une alimentation réduite en glucides et élevée en lipides ? 

Didier : Tout simplement lorsque j’ai vu sur les conseils de mon ami Facebook, une vidéo expliquant les effets extrêmement néfastes du sucres en excès comme c’est le cas dans notre alimentation occidentale. Je me suis rendu compte que ma consommation journalière était de 4 à 8 fois les quantités recommandées. Une autre motivation était de voir l’accumulation de graisses abdominales et 95Kg sur la balance. 

EatFat2BeFit : Comment se sont passés vos débuts ? Avez-vous démarré de manière stricte sans écarts, ou y êtes-vous allés progressivement ?

Didier : Absolument de manière stricte et sans écart. La motivation était très importante et le changement fut rapide entraînant alors un cercle vertueux qui s’est installé dans ma tête et une excitation terrible. Très vite j’ai cessé les ronflements et après 10 Kg perdus, j’ai pu diminuer un antihypertenseur de moitié. Ma capacité à bouger, à pratiquer mon métier, fut rapidement améliorée et la motivation s’est entretenue d’elle-même.

EatFat2BeFit : Avez-vous été fatigué, avez-vous éprouvé d’autres effets indésirables ?

Didier : Fatigué à cause de mon régime !? Absolument pas, bien au contraire. Actuellement, mon sommeil me semble beaucoup plus récupérateur d’ailleurs, sans doute en rapport avec l’absence de ronflement et d’apnées associées. Mon métier m’oblige à avoir des périodes de sommeil parfois très courtes et mon régime m’apporte à ce niveau un bien considérable. Aucun effet indésirable particulier.

EatFat2BeFit : Surveillez-vous votre cétose avec des bandelettes ou un outil électronique ?

Didier : Absolument pas. Juste ma glycémie et le cholestérol en janvier, trois mois après avoir débuté le régime. Glycémie ramenée à 85 par rapport à 105 en août et cholestérol au minimum avec un rapport excellent.

EatFat2BeFit : Avez-vous été accompagné par des professionnels de santé dans cette démarche ou avez-vous abordé l’alimentation LCHF seul ?

Didier : Aucun accompagnement, tout se passe dans la tête. La motivation est la clé du succès selon moi. Il faut bien entendu aimer ce que l’on mange mais étant un grand adepte des matières grasses et des protéines, aucun souci pour moi.

EatFat2BeFit : Prenez vous des compléments alimentaires ? Si non, comptez-vous le faire ?

Didier : Absolument aucun. Il me vient à l’esprit qu’avant, je prenais du magnésium pour de fortes crampes musculaires. Depuis que j’ai entamé ce régime pauvre en sucre, plus de crampe et aucun complément.

EatFat2BeFit : Qui cuisine à la maison ?

Didier : Mon épouse car personnellement, je n’aime pas du tout ça.

EatFat2BeFit : Comment se passe concrètement une journée alimentaire pour vous ? Votre travail semble très prenant, alors comment vous organisez-vous au quotidien ?

Didier : En effet mon métier ne me permet aucun horaire fixe. Je me réveille avec le téléphone. Je me prépare deux tartines de pain blanc (oui, le gris serait mieux mais j’adore le blanc) avec une tranche de gouda ou du fromage de chèvre. La première me permet de prendre mes deux cachets pour la tension et la seconde atterrit dans ma voiture sur mon siège passager. Mon repas principal aura lieu entre 12H et 16H. Rien n’est ingéré d’ici-là hormis eau ou café chez un client éventuellement. Ce repas est composé de viande et de légumes en quantités importantes mais raisonnables c’est-à-dire ramenées disons au deux tiers des quantités ingérées avant le régime. Absence totale de féculents et aucun dessert. Zéro apéro bien entendu. Le repas suivant aura lieu au plus tard à 21H en général, mes horaires étant très variables et étant un couche-tard (entre 1H et 3H les 90% du temps). Ce dernier repas sera constitué de saucisson, filet de poulet en tranches, cœurs d’artichaut baignant dans l’huile, filets de hareng à l’ail baignant dans l’huile également (oups, j’en salive rien qu’à l’écrire), des fromages de toutes sortes, moutarde, œufs durs, piments croquants rouges, sortes de poivrons et je me régale. Cela en quantités raisonnables encore une fois. Puis jeûne total jusqu’à la tartine du matin suivant. Notons que la seconde tartine mentionnée plus haut est « défenestrée » 9 fois sur 10.

EatFat2BeFit : Avez-vous introduit de nouveaux aliments ? Lesquels ?

Didier : Franchement non, je mangeais déjà de tout mais disons que je mange encore plus de scampis, d’œufs, de sardines. Je recherche encore plus le gras. 

EatFat2BeFit : Quels sont les aliments que vous aimiez et que vous ne mangez plus ? Quel degré de difficulté pour vous cela a représenté de les bannir ?

Didier : Prenons trois aliments et une échelle de 1 à 10… Les frites : 5. L’ice tea : 5 et la crème glacée, sorbet citron… grrrr.. bien 8 ou 9… grrrr.

EatFat2BeFit : Aimez-vous manger en général ? Considérez-vous cette diète comme savoureuse ou incompatible avec le plaisir de manger ?

Didier : Certain oui ! J’adore manger ! Cette diète est totalement savoureuse car j’adore le gras et la bonne viande, du jambonneau en passant par la viande de bœuf et les scampis. Totalement compatible avec le plaisir de manger ! Vous n’imaginez pas le plaisir que j’ai de mettre en bouche le filet de hareng huileux avec une tranchette de gouda et un morceau de caprice des dieux et de croquer dans un piment rouge, cela avec un morceau de bâton de berger trempé dans la moutarde. Quant au bon steak avec les asperges vertes baignant dans le beurre fondu citronné, je ne vous dis pas…

EatFat2BeFit : Comment gérez-vous les repas à l’extérieur, au restaurant ou en famille ?

Didier : Totalement de la même manière que chez moi, tout est devenu automatique, même pour les desserts, j’ai décidé de ne pas prendre de dessert, je ne regarde pas la carte des desserts. Très peu de remarques car tous les gens qui me voient sont subjugués de voir comment mon régime a fonctionné et donc respectent mes choix. S’il y a des féculents au repas, je les laisse tout bonnement de côté. 

EatFat2BeFit : Considérez-vous la diète cétogène comme handicapante d’un point de vue social ? Comment survivez-vous en ne consommant presque plus de glucides dans un environnement où ils sont partout ?

Didier : Aucun souci avec ça, tout se passe dans la tête. Comme je le dis plus haut, grand respect des gens qui m’entourent.

EatFat2BeFit : Faisiez-vous du sport avant et en faites-vous maintenant ?

Didier : Non, plus aucun sport malheureusement. Disons que ma disponibilité au travail étant primordiale, il m’est difficile de pratiquer un sport de manière durable.

EatFat2BeFit : Êtes-vous sensible à l’aspect santé de cette diète en terme de prévention des maladies métaboliques ?

Didier : Extrêmement sensible. Mon sucre à 105 l’été dernier m’a tracassé et je constate une absence de ronflement, un sommeil plus récupérateur, la disparition des crampes musculaires et la baisse de moitié de mon bisoprolol. Mon cholestérol est excellent, que demander de plus ?

EatFat2BeFit : Est-ce désormais votre alimentation - une sorte de philosophie alimentaire - ou bien pensez-vous cesser de manger cétogène un jour ?

Didier : Je pense qu’à la lecture de mes propos, vous aurez deviné ma réponse.

EatFat2BeFit : Quel bilan global faites-vous de l’alimentation LCHF, quels sont les bienfaits que vous a apporté la diète cétogène ?

Didier : Comme décrit ici plus haut, de nombreux effets bénéfiques pour ma santé.

EatFat2BeFit : Quels conseils donneriez-vous à ceux qui hésitent à franchir le pas ? A ceux qui démarrent ?

Didier : Une volonté mentale obtenue par une motivation, un déclic pour une santé et une qualité de vie meilleure.

EatFat2BeFit : Un dernier mot pour nos lecteurs ?

Didier : Tout se passe dans la tête et grande réussite à ceux qui pratiqueront ce régime.

EatFat2BeFit : Merci Didier pour ce témoignage !

***
Note : Si vous aussi vous souhaitez apporter votre témoignage de l’alimentation LCHF aussi bien pour rester en forme que pour perdre du poids, dans le cadre d’une performance sportive ou pour lutter contre la maladie, n’hésitez pas à contacter EatFat2BeFit.fr car chaque expérience partagée est précieuse.


Les travaux d’une équipe de chercheurs américains confirment que plus une alimentation est riche en sucre, plus les risques de cancers et de métastases sont élevés.

Un article de Sylvie Riou-Milliot, publié le 4/1/16 sur sciencesetavenir.fr

DANGER. L’étude ne porte pour l’heure que chez la souris, mais selon une équipe américaine de l’Université du Texas MD Anderson Cancer Center, les liens délétères entre la consommation de sucre et le cancer sont désormais établis. Certes, ce rapprochement n’est pas nouveau. Mais cette fois, les scientifiques sont parvenus à identifier avec précision le mécanisme par lequel le saccharose ou le fructose alimentaires, très présents dans l’alimentation surtout outre-Atlantique, facilitent chez les rongeurs la croissance de tumeurs mammaires et la survenue de métastases pulmonaires.
Plus de sucre, plus de tumeurs

Pour ce faire, les chercheurs ont élevé différents groupes de souris et les ont soumis à un régime alimentaire plus ou moins riche en sucre. Après six mois, plus de 50% du groupe ayant suivi un régime enrichi en sucre, équivalent au régime américain moyen, avaient développé des tumeurs mammaires contre moins d’un tiers des souris nourries normalement. Ce régime était tout particulièrement riche en fructose, un sucre très utilisé par l’industrie alimentaire et entrant notamment dans la composition de la plupart des boissons sucrées.
Une voie moléculaire identifiée

L’équipe texane est parvenue à identifier une voie moléculaire, dite 12-LOX (12-lipoxygénase), en cause dans le processus de croissance tumorale. Cette voie pourrait, selon les auteurs, favoriser l’inflammation des tumeurs et par conséquent leur croissance. Cette hypothèse reste à valider chez l'homme. En attendant, rappelons que conformément aux recommandations del’Organisation mondiale de la santé, émises au printemps 2015, l’apport en sucre ne doit pas dépasser 6 cuillères à café de sucre par jour, soit environ 25 grammes.

***

EatFat2BeFit : Nous ajoutons, que le lien entre glucides et cancer n'est pas nouveau (au moins depuis otto warburg et ses travaux dans les années 30), et qu'il est plus juste de parler de lien entre cancer et glucides que simplement de cancer et de sucre. Les lecteurs fidèles de EatFat2BeFit connaissent l'importance de l'impact des glucides sur la santé. Il semble qu'enfin les médias français s’intéressent à ce sujet avec des années de retard malheureusement.

Cet article sur l'insuline écrit par Marty Kendall qui tient le site optimisingnutrition.wordpress.com est véritablement remarquable par la qualité des informations offertes ainsi que par la vulgarisation du sujet permettant sa compréhension par des personnes n'ayant pas de formation médicale. EatFat2BeFit vous recommande chaudement de suivre son site et son travail si vous avez la chance de bien comprendre l'anglais. Pour ceux dont ce n'est pas le cas, nous avons traduit cet article qui vous apprendra déjà beaucoup de choses. Vous pouvez trouver l'article original en suivant ce lien.


  • Bien que les protéines ne soulèvent pas le taux de sucre dans le sang autant que les glucides, il faut encore de l'insuline.
  • Les graisses alimentaires ne soulèvent pas votre glycémie et ne sont pas insulinogéniques.
  • La Nutrition optimale est de maximiser les micronutriments tout en gérant votre charge de glucose afin que votre pancréas puisse suivre.
  • En plus de gérer les hydrates de carbone (glucides) et la modération des protéines, manger plus de fibres et maximiser sa nutrition, il est important d’optimiser sa graisse corporelle et de normaliser sa glycémie.

Contexte

Gary Taubes [1] a permis une plus large acceptation de la théorie hormonale de l'obésité avec ses livres Good Calories Bad Calories (uniquement en anglais) et pourquoi on grossit

La théorie hormonale de l'obésité tourne autour de l'idée que la nourriture que nous mangeons affecte nos niveaux d'insuline qui à son tour régit combien de graisse est stockée ou utilisée comme combustible. [2] [3]




Avec un accent mis principalement sur les glucides, Taubes n'a pas attaqué directement le fait que la protéine exige également de l'insuline, en déclarant:
«L'hypothèse a toujours été que l'impact des protéines est faible par rapport à celui des glucides, et qu'il est minoré du fait que les protéines prennent beaucoup plus de temps à être digérées». [4]

C’est vrai dans une certaine mesure, mais une meilleure compréhension de l'effet insulinogénique des protéines pourrait nous aider à affiner la théorie hormonale de l'obésité et notre capacité à améliorer le contrôle de la glycémie, en particulier pour ceux qui ne sont pas en mesure d'atteindre leurs objectifs par une simple réduction de leur consommation de glucides. 

Récemment des gens comme Stephen D. Phinney [5] et Jimmy Moore [6] ont apporté une attention accrue sur la diète cétogène qui prône une approche alimentaire avec une réduction de la consommation de glucides. L'une des observations est la mesure des cétones dans le sang pour essayer d'atteindre la cétose nutritionnelle et qu’en plus de limiter la consommation de glucides, les protéines doivent être modérées afin d'enregistrer des niveaux de cétones dans le sang significatifs. Trop de protéines augmentent l'insuline et réduit la combustion des graisses.

Ainsi, en utilisant l'analogie de Gary Taubes [7], ce que les données de l’index de l’insuline [8] nous aide à déterminer c’est comme : « pousser la roche un peu plus haut sur ​​la colline ». 

Est-ce que les calories comptent ?


Les antagonistes de la théorie hormonale, basés sur de nombreuses études sur l'obésité, montrent que si vous mettez des gens dans une situation identique et que vous les nourrissez d’un certain nombre de calories, puis que vous leurs faites faire les mêmes exercices, ils vont perdre ou gagner à peu près la même quantité de poids indépendamment de la composition de l'alimentation en macronutriments. [9]

Cela peut être en grande partie vrai, à part quelques exceptions comme nous le verrons ci-dessous. Cependant, dans le monde réel la plupart des gens mangent quand ils ont faim et arrêtent quand ils sont rassasiés. La plupart des gens ne comptent pas chaque morceau qui entre dans leur bouche.

Il ne devrait pas être nécessaire de contrôler consciemment notre appétit. Comme le souligne la communauté Paléo, en quelque sorte, nous semblons avoir fait assez bien la régulation de notre propre appétit avant ces dernières décennies. Quelque chose semble donc avoir changé pour le mauvais sens. [10]


La plupart des études sur l'alimentation faible en glucides permettent au groupe faible en glucides de manger à satiété tandis que le groupe faible en gras doit compter les calories de sorte qu'ils ne dépassent pas la consommation cible. Cependant, même dans ces conditions, le groupe à faible teneur en glucides gagne généralement. [11] [12]


Trouver une façon de manger qui va nous satisfaire, avec moins de calories, n’est-ce pas le Saint Graal alimentaire ? Quand un « régime » devient agréable et s’autorégule, il n'y a plus de « régime », ça devient juste une façon de manger !

Alors qu’en est-il des approches diététiques riches en lipides que les gens utilisent avec satisfaction, avec moins de calories ?

Quel est le rôle de l'insuline ?

L'hormone insuline est une réalité tangible dans ma famille. Nous en avons des flacons dans le frigo !

Ma femme a déclaré un diabète de type 1 il y a plus de 30 ans et porte une pompe pour s’administrer de l'insuline en journée et des doses supplémentaires aux repas.

L'aider à affiner ses doses d'insuline est devenu un passe-temps régulier pour moi, surtout à travers ses deux grossesses pour essayer de donner à nos enfants la meilleure santé possible.

Je pense qu'il est utile d'examiner les diabétiques pour voir ce qui se passe quand nous avons trop ou pas assez d'insuline

Les diabétiques de type 1, avant qu'ils ne commencent l’injection d'insuline, sont généralement en train de dépérir parce que leur pancréas a cessé de faire assez d'insuline. De faibles niveaux extrêmes d'insuline provoquent chez eux l’utilisation de la graisse corporelle et des protéines des muscles comme carburant à un point qu’ils dépérissent.

À l'autre extrême, les diabétiques constatent souvent qu'ils prennent du poids rapidement quand ils commencent l’injection d'insuline. L'insuline est une hormone anabolisante qui règle la façon dont grandissent nos muscles ainsi que le stockage de la graisse.

L'image ci-dessous montre "JL" l'un des premiers diabétiques de type 1 ayant reçu de l'insuline en 1922. La photo sur la gauche a été prise juste après le diagnostic mais avant l’injection de l'insuline. La photo sur la droite est le même enfant deux mois après le début des injections d'insuline.


Découvrez ce post pour voir les photos de mes enfants quand ils sont nés, après avoir passé neuf mois dans un environnement de haute insuline. Il est difficile d'argumenter qu'ils sont nés gros en raison de la gourmandise et de la paresse in utero !

Je trouve cette explication de Robert Lustig utile pour comprendre comment l'insuline affecte notre appétit, les niveaux d'énergie et le stockage des graisses.


Si nous consommons des repas très insulinogéniques une fraction de l’énergie absorbée est stockée chaque fois que nous mangeons. Malheureusement, cette nourriture excédentaire ne nous aide pas à nous sentir rassasié ou à fournir plus d'énergie, elle est juste stockée sous forme de graisse et nous continuerons à manger plus au repas suivant. Si nous essayons de limiter la quantité de calories pour perdre du poids, nous nous sentons morose, nous avons un faible niveau d’énergie et notre métabolisme de base se régule à la baisse pour compenser!

Ce tableau de Richard Feinman de The World Turned Upside Down illustre le processus de stockage cumulatif des graisses dans un environnement de haute insuline.


L'approche « Atkins » recommande que vous réduisiez vos glucides à moins de 20 g par jour pendant les deux semaines dites de « phase de démarrage » et vous permet ensuite de les augmenter lentement jusqu’au point ou vous arrêtez de perdre du poids. [13]

Avec Atkins il n'y a aucune considération de l'effet insulinogénique des protéines. Graisses et protéines sont illimitées tant que vous limitez les glucides. Le problème est que si vous augmentez les protéines mais que vous avez toujours peur d’augmenter votre consommation de lipides, vous ne pouvez pas obtenir une réduction suffisante de l'insuline pour permettre à votre corps d’accéder correctement au stock de graisse corporel comme carburant.

Richard Feinman utilise l'analogie que l'insuline est comme un robinet qui contrôle le stockage des graisses. Sans des niveaux élevés d'insuline nous ne pouvons pas stocker autant de graisse, et donc nous avons plus de calories disponibles pour l'énergie et donc nous ne sentons plus le besoin de manger autant.


Inversement, si nous mangeons des repas qui génèrent moins d'insuline, nous serons plus susceptibles d'être en mesure d'accéder à nos réserves de graisse corporelle pour fabriquer de l’énergie (cétose nutritionnelle).

Ce flux net d'énergie à partir de (plutôt que dans) nos cellules graisseuses nous permet d’avoir un peu moins faim à chaque repas parce que nous obtenons nos calories à partir de nos réserves de graisse, et donc nous sommes moins susceptibles de trop manger inconsciemment.

Timing de nos repas

Dans le passé, la communauté des nutritionnistes s’est inspirée de la communauté de la musculation comme modèle à suivre. Les culturistes mangent souvent cinq ou six repas par jour pour s’assurer qu'ils gagnent du muscle et « garder leur métabolisme élevé ». Les fabricants d'aliments ont été que trop disposés à concevoir des aliments pour chaque occasion, avec une industrie en plein essor de suppléments de protéines.

Le problème est que sauf si vous êtes un bodybuilder visant l’augmentation de masse sèche, travaillant intensément, planifiant soigneusement ses repas et le suivi de toutes les calories, l'augmentation de la fréquence des repas ne va probablement pas bien finir pour vous.

La figure ci-dessous montre comment les personnes obèses ont généralement des niveaux élevés d'insuline tout au long de la journée. En revanche, les personnes minces ont tendance à avoir des pics d'insuline plus brefs et moins puissants, compensés par des périodes ou l'insuline circulant en dehors des repas est inférieure, offrant au corps la possibilité d'accéder à la graisse corporelle stockée pour la transformer en carburant.


Comme pour moi avec ma dépendance à la caféine, l'utilisation constante de quelque chose va conduire à de la tolérance et de l'insensibilité. [14] Beaucoup de gens constatent qu'ils deviennent résistants à l'insuline à cause d’une alimentation rapidement digérée hautement transformée à base de glucides.


L’option du jeûne intermittent est devenue très populaire ces derniers temps. [15] [16] [17] L’objectif d’une période sans nourriture (ou au moins sans glucides) est de permettre à votre corps de diminuer ses niveaux d'insuline et lui permettre d'accéder à la graisse corporelle comme carburant.

L'utilisation accrue de la graisse corporelle comme combustible pendant la période de jeûne se traduit généralement par une diminution de la prise alimentaire totale au travers de la journée.

Certaines personnes qui ont essayé un régime faibles en glucides avec un succès limité trouvent que le jeûne intermittent est ce qui leur permet d'atteindre une amélioration de leur glycémie et / ou la perte de poids qu’elles attendaient.

Je sais que pour moi, c’est le jeûne intermittent qui m'a aidé à améliorer ma glycémie, à augmenter les niveaux de corps cétoniques et à démarrer la perte de graisse que je n’arrivais à atteindre, même sur une approche Paléo faible en glucides.

Quand une calorie n’est pas une calorie


Vous savez peut-être que la néoglucogenèse est le processus par lequel le corps peut produire du glucose à partir de protéines. Je n’ai réalisé que récemment que les protéines sont composées d'acides aminés glucogènes (pour environ 78%), d’acides aminés cétogène (pour environ 12%) et d’acides aminés qui peuvent être soit glucogéniques soit cétogénique (environ 14%). [18]

La digestion casse les protéines en acides aminés qui circulent dans notre sang jusqu'à ce qu'elles soient nécessaires pour la croissance musculaire et sa réparation (synthèse des protéines) ou d'équilibrer la glycémie (par exemple via la néoglucogenèse).

Lorsque nous ne mangeons pas de protéines ou de glucides pendant une longue période, le corps peut obtenir du glucose à partir des muscles via la néoglucogenèse. Voilà comment nous pouvons survivre à de longues périodes de famine et toujours être en mesure de fournir le glucose adéquat pour le cerveau.
"Dans une période de jeûne et lors ​​d’un régime faible en glucides, autant de d'acides aminés que possible seront utilisées pour la néoglucogenèse." [19]
Pour quelqu'un pratiquant un régime faible en glucides, cela signifie que près de 90% des protéines ne sont pas utilisées pour la croissance musculaire et la réparation et peuvent être converties en glucose !

Le fait que la protéine peut se transformer en glucose comme les glucides, peut à première vue sembler absurde, puis effrayant. Toutefois, il est possible d'utiliser les propriétés glucogènes des protéines comme une «astuce» pour vous aider à atteindre une perte de poids et / ou des niveaux de glucose dans le sang normaux.

Le premier avantage du glucose issu des protéines est sont accessibilité selon les besoins, à partir des acides aminés qui circulent dans le sang, plutôt qu’en élevant la glycémie immédiatement, ce qui est typiquement le cas pour les glucides, en particulier si notre foie et le glycogène musculaire sont déjà pleins.

Le deuxième avantage est que cela prend de l'énergie supplémentaire pour convertir une protéine en glucose avant qu'elle ne puisse être utilisée en énergie. Ce phénomène est connu comme «l’effet thermique des aliments». [20]

Vous êtes probablement au courant qu’un gramme de glucide va générer un gramme de glucose qui fournira quatre calories pour être utilisé par le corps en énergie. Si vous brûlez un gramme de protéines dans un calorimètre vous aurez quatre calories de chaleur.

Cependant, pour convertir un gramme de protéines en glucose prend environ une calorie, de sorte que vous obtenez seulement trois calories pour l'énergie ou le stockage de la graisse corporelle. [21] Voilà! Une calorie est une calorie mais pas en ce qui concerne les protéines converties en glucose par l'intermédiaire de la néoglucogenèse.

Sam Feltham a fait une expérience intéressante, où il a comparé l'effet de 21 jours d’excès de calories sur une alimentation riche en glucides contre le même nombre de calories sur une approche LCHF. Les résultats sont résumés dans ce tableau. Le gain de poids sur l'approche LCHF était minime, avec des mesures de taille à la baisse. Toutefois, sur l'approche riche en glucides le gain de poids était notable. Fait intéressant, l'approche végétalienne était seulement légèrement meilleure que l'approche riche en glucides.



Graisse corporelle et insuline

Quand on veut régler la demande de l'insuline et le stockage des graisses, l’alimentation LCHF est unique.

Le thème majeur qui apparaît tout au long de « The World Turned Upside Down » de Richard Feinman est que :

"Les glucides et les protéines peuvent produire de la graisse, mais, tandis que le glucose peut être fabriqué à partir de protéines, à quelques exceptions près, vous ne pouvez pas faire de glucose à partir de la graisse."
L'excès de glucose à partir des glucides et des protéines entre dans notre sang et en est retiré, avec l'aide de l'insuline, pour être stocké sous forme de graisse (lipogenèse).

Le tableau ci-dessous montre que le corps sécrète moins d'insuline en réponse à la hausse des aliments riches en graisses. [22]



Si vous mettez en perspective la demande d'insuline en termes de calories ne provenant pas des graisses (glucides et protéines), on voit qu'il n'y a effectivement pas de réponse de l'insuline à la graisse !




Ce que cela signifie est que : les aliments faibles en gras, que nous consommons tous pour éviter de grossir et contracter une maladie cardiaque sont le meilleur moyen d'augmenter l'insuline, ce qui facilite le stockage des graisses permettant d'accroître la résistance à l'insuline qui est la principale chose provoquant des maladies cardiaques ! [23] [24]

Si nous mangeons globalement moins de calories notre corps va utiliser notre graisse corporelle comme source d'énergie, mais seulement si les niveaux d'insuline sont suffisamment bas pour permettre à la graisse d'être libérée comme carburant.

Si nous essayons de perdre du poids, la priorité est de réduire la charge de l'insuline de notre alimentation. Nous pouvons alors manger de la graisse à satiété tout en maximisant notre nutrition.

Est-il possible de manger trop gras ?

Alors, manger trop gras peut-il faire grossir ? Oui et non.

Si nous adoptons un régime alimentaire riche en matières grasses qui est également riche en glucides et en protéines, nous aurons un niveau élevé d'insuline et probablement un excès de calories. Ceci nous conduira à stocker le glucose à partir des glucides et des protéines sous forme de graisse corporelle. [25]

Toutefois, si notre alimentation est faible en glucides et modérée en protéines de tel sorte que nos niveaux d'insuline restent réduits, nous serons en mesure d'accéder à notre graisse corporelle comme carburant, et donc d'avoir moins faim.

En l'absence de quantités importantes d'insuline, typiquement vous ne mangerez pas trop gras. Une faible teneur en glucides, une quantité modérée de protéines, et un régime riche en graisses réduira votre faim, l'apport calorique et vous conduira vers une perte de poids.

Si vous avez du mal à perdre du poids avec un régime riche en graisses, une période de jeûne intermittent et / ou grâce au suivi de votre nourriture dans une application alimentaire (par exemple MyFitnessPal ou Cronometer) pourraient vous aider à établir vos ratios de macronutriments cibles et éviter d’avaler trop de calories. Après cette période de 'recalibrage' vous devriez idéalement être en mesure de simplement manger quand vous avez faim et arrêtez quand vous serez rassasiés.

La figure ci-dessous montre le ratio de macronutriments en quatre phases d'un régime cétogène selon Stephen Phinney. [26] Notez comment dans les premières phases de l'approche cétogène le pourcentage de graisses alimentaires ne doit pas nécessairement être élevé. Les glucides étant suffisamment bas pour réduire les niveaux d'insuline, au point que la graisse corporelle peut être utilisée comme combustible.





Une fois que la perte de poids désirée est atteinte, les niveaux de glucides peuvent remonter un peu, l’apport de graisses alimentaires augmentant de manière significative cela permet de fournir suffisamment de calories pour le maintien du poids.

Glucides

Les données alimentaires de l'indice d'insuline ci-dessous nous montrent que les glucides sont les macronutriments primaires qui génèrent l'insuline. [27]




Les glucides sont généralement la principale source de glucose de l'organisme. Nous avons besoin d'un peu de glucose pour les fonctions du cerveau (environ 40g = 160 calories par jour au minimum), mais le corps peut les obtenir à partir de protéines via néoglucogenèse s’il n'y a pas de glucides disponibles.


Vous avez peut-être entendu dire que le corps n'a pas besoin de glucides et qu'il n'y a pas de « glucides essentiels ». Ceci est vrai, mais vous devez garder à l'esprit que de nombreuses vitamines importantes sont fournis avec des glucides (par exemple dans les légumes).

L'approche optimale est d'obtenir des niveaux élevés de nutriments tout en évitant les excès d'insuline et une normalisation de la glycémie. Nous pouvons le faire en sélectionnant des aliments à haute densité nutritive, ayant un impact faible sur l’insuline, avec légumes riches en fibres tels que ceux contenus dans les listes d'aliments ici .

Fibres


Tandis qu’un grand nombre des adeptes de l’alimentation LCHF ont tendance à donner la priorité à éviter les aliments contenant des glucides pour améliorer les niveaux de glucose dans le sang et atteindre une perte de poids, beaucoup de gens font aussi bien en utilisant une approche avec des légumes à haute teneur élevée en fibres. [28]

La plupart en conviennent que manger beaucoup de légumes est une bonne idée. Comme indiqué dans cet article, c’est une base solide, faiblement calorique, que d’utiliser une densité nutritionnelle élevée pour la perte de poids et la santé.

Les données de l'indice d'insuline soutiennent également cette approche. Comme détaillé dans cet article, la demande d'insuline des aliments est mieux prédite par les glucides nets (c'est-à-dire glucides totaux moins fibres indigestes) que par seulement les glucides bruts.

Les fibres indigestes neutralisent efficacement l'effet insulinogénique des glucides. On peut aussi ajouter également, que les fibres sont dans la plus grande partie de notre nourriture, ce qui contribue à la satiété et nourrit nos bactéries intestinales, ce qui est très bénéfique. [29] [30]

Plutôt que de prendre des suppléments de fibres, l'approche idéale est de choisir des aliments riches en fibres qui ont également une charge d'insuline faible. Quelques exemples sont : les épinards, les champignons, le brocoli et les choux de Bruxelles. Plus d'options sont détaillées dans cette liste d'aliments.

Les aliments riches en fibres ont aussi souvent une densité nutritionnelle élevée et une faible densité calorique. En mangeant ce type de nourriture nous nous assurons que nous obtenons une excellente nutrition, avec moins de calories et nous gardons aussi notre charge d’insuline au plus bas.

Nous apprenons maintenant l'importance des fibres pour nos bactéries intestinales, ce qui influe sur le reste de notre santé. Réduire les glucides est un processus qui vous aidera à éviter toute prolifération des «mauvaises bactéries».

Les personnes qui ne disposent pas de problèmes de sucre dans le sang peuvent bien sûr utiliser des choses comme les patates douces, le riz, les lentilles et les tomates (ces aliments sont inclus dans cette liste des aliments pour la santé métabolique). Toutefois, si vous avez du mal à contrôler votre glycémie vous devez être conscient que ces aliments vont s’ajouter à votre charge d'insuline et doivent être réduits au minimum (ces listes d'aliments : optimales pour la perte de poids ou pour le diabète et la cétose nutritionnel sont mieux si vous êtes aux prises avec des niveaux élevés de glucose dans le sang).

En résumé, maximiser les fibres est un autre outil que nous pouvons utiliser, en plus de minimiser les glucides, modérer les protéines et manger de la graisse à satiété, pour gérer la glycémie et l'obésité.

Protéine


Les aliments riches en protéines ne génèrent pas une forte hausse de la glycémie par rapport aux aliments riches en glucides parce que les acides aminés digérés circulent dans le sang petit à petit pour être utilisés au besoin sans trop élever la glycémie, plutôt que de se déverser directement dans la circulation sanguine de la même manière que les glucides simples qui soulèveraient votre glycémie si vos réserves de glycogène étaient déjà pleines.




Les protéines sont également rassasiantes et conduisent globalement à une réduction de calories. Votre corps va continuer à chercher de la nourriture jusqu'à ce qu'il obtienne suffisamment de protéines. Une fois que vous obtenez suffisamment de protéines, vous serez plus susceptibles d'arrêter de manger. [31]

Une protéine contient également une gramme d'acides aminés essentiels et non essentiels qui sont nécessaires pour la croissance musculaire et la réparation ainsi que les fonctions mentales. Maximiser la quantité et la variété d'acides aminés qui viennent de notre alimentation est l'approche idéale plutôt que d'essayer de la complémenter.

Comme indiqué ci-dessus, augmenter votre apport en protéines est un possible 'Hack' pour les diabétiques d’obtenir du glucose sans augmenter la glycémie.

Les diabétiques et les low-carbers sauront souvent limiter la consommation de glucides, et compenseront en augmentant la consommation de protéines. Ceci n’est généralement pas un problème parce que la protéine est plus lente à digérer que les glucides et donc l'augmentation de sucre dans le sang issue de la protéine est plus lente et plus facile à gérer par rapport aux glucides. Le rôle du glucagon libéré est également de compenser la protéine utilisée dans la synthèse qui contribue à stabiliser la glycémie.

Cependant, ce n’est pas parce que la protéine n’induit pas de pic de glycémie aussi agressif que les glucides que cela signifie qu'il ne nécessite pas d'insuline. Les données de l’index d'insuline indiquent que, bien que la réponse au sucre dans le sang soit inférieure à l’utilisation de glucides, la demande de l'insuline issue des protéines est encore significative.




Selon Nuttall et Gannon entre 32 et 46g de protéines alimentaires de haute qualité est nécessaire pour maintenir l'équilibre des protéines. Cela représente environ 6 à 7% des calories dans un régime alimentaire de 2000-2500 calories. Les protéines absorbées au-delà de ce niveau sont disponibles pour la néoglucogenèse.

Cela ne devrait pas être interprété comme indiquant que des quantités extrêmement faibles de protéines sont optimales pour la santé et que l'obtention de glucose à partir de protéines via la néoglucogenèse est nécessairement une mauvaise chose. Comme il est indiqué dans le WFKD de Phinney les niveaux de protéines peuvent varier entre 10% et 30%, tout en étant cétogène. L'approche optimale tourne autour de maximiser la quantité d'acides aminés provenant des protéines, et des vitamines et minéraux des aliments à base de glucides en général tout en gardant la charge glycémique suffisamment basse pour que votre pancréas puisse optimiser votre glycémie.

Les protéines ingérées non utilisées pour la croissance et la réparation du corps ne disparaissent pas comme par magie. Une petite quantité (env. 12%) est convertie en cétones et utilisée comme si c’était du gras. Environ 14% peuvent être utilisés soit sous forme de glucose ou de la graisse. Mais environ 80% des protéines ne peuvent être utilisées qu’en tant que glucose.

Cette protéine glucogénique en excès des besoins structurels de l'organisme aura également besoin d'insuline pour être utilisée pour l'énergie dans les mitochondries ou être stockée dans les cellules graisseuses.

Des niveaux élevés de protéines vont générer de l'insuline qui permettra de réduire le métabolisme des graisses (c’est à dire des niveaux inférieurs de cétones). Si votre pancréas a du mal à fournir suffisamment d'insuline pour maintenir votre glycémie, avec la charge de d'insuline supplémentaire à partir de protéines, il sera plus difficile pour votre pancréas de maintenir et atteindre la glycémie optimale.

Si vous essayez de perdre du poids, l'excès d'insuline induit favorisera également le stockage des graisses.

Nutriments et faim

De façon similaire à la relation entre protéine et faim, si vous ne donnez pas à votre corps les vitamines et minéraux dont il a besoin, il va continuer à la rechercher dans plus de nourriture.

Dans son « Perfect Health Diet » Paul Jaminet note que :
« Un régime alimentaire nourrissant et équilibrée qui fournit tous les nutriments nécessaires dans les bonnes proportions est la clé pour éliminer la faim et minimiser l'appétit avec un apport calorique minime. »
Il serait logique que manger une alimentation riche en nutriments aiderait notre corps à guérir et à se remettre de tout ce qui pourrait être la cause de la résistance à l'insuline et l'obésité.

Beaucoup de gens parlent des bienfaits de divers suppléments pour différentes maladies et l'amélioration des performances. Mais il est probable, que la meilleure approche soit de maximiser la qualité et l'étendue nutritive de la nourriture que l’on absorbe tous les jours avant d'investir dans les suppléments.

Stockage dans le foie et sensibilité à l'insuline

Une personne saine sensible à l'insuline va stocker le glucose dans le foie sous forme de glycogène avec une élévation minime de la glycémie après les repas, indépendamment des macronutriments qui le composent.

Une personne atteinte du diabète de type 2 saura toutefois évacuer l'excès de ce glucose en le déversant dans le sang. Ce qui va provoquer des niveaux de glucose sanguin en augmentation et donc une production d'insuline supplémentaire sera nécessaire pour se débarrasser de cet excès de glucose dans le sang. L'excès de protéines non utilisées pour la synthèse des protéines contribuera à remplir les stocks de glucose dans le foie et les muscles. [32]

Il est logique dans cette situation que vous vouliez limiter la charge de l'insuline (vis-à-vis des glucides et d’un excès de protéines) et affamer le foie, pour qu’il ne soit pas trop plein afin de réduire l’injection de l'excès de glucose dans le sang.


Mise en pratique

Stephen Phinney est probablement l'autorité la plus respectée sur le régime cétogène. Son « régime cétogène bien formulé ou WFKD » est très utile par rapport aux autres approches diététiques indiquées dans le tableau ci-dessous :





Vous remarquerez que l'espace WFKD est un triangle indiquant que vous devez équilibrer vos apports en glucides et protéines afin de gérer votre charge d'insuline pour atteindre la cétose nutritionnelle.

Vous pouvez absorber 30% de protéines et 5% de glucides, 20% de glucides et 10% de protéines et être toujours dans les limites du triangle cétogène WFKD.

Toutefois, si vous absorbez 30% de protéines et 20% de glucides, vous serez bien en dehors des limites d'un régime cétogène parce que vous allez produire trop d'insuline, ce qui signifie que vous serez « sortie de la cétose » (votre combustion des graisses sera ralentie).

La compréhension de votre charge d'insuline peut être la différence entre la réalisation de vos objectifs souhaités à partir d'un régime faible en glucides et son échec.

Conclusion

  • Bien que la protéine ne soulève pas le sucre dans le sang autant que les glucides, il faut encore de l'insuline.

  • Les graisses alimentaires ne soulèvent pas votre glycémie et ne sont pas insulinogénique.

  • La nutrition optimale est de maximiser les micronutriments tout en gérant votre charge de glucose afin que votre pancréas puisse suivre.

  • En plus de gérer les glucides, la modération des protéines, plus de fibres et maximiser la nutrition, sont importants pour optimiser la graisse corporelle et normaliser la glycémie.

Sources et liens:














[14] Mon test génétique 23andMe  me dit que je suis susceptible d'être capables de métaboliser la caféine rapidement mais que je suis sujet  au diabète de type 2 et à l'obésité !






[21] Si vous voulez plonger dans les détails sur ce que je vous recommande de vérifier Chapitre 14 de Richard Feinman son ouvrage ici