NEWS !
Loading...

Témoignage de Lola 29 ans, qui se bat contre un cancer du sein avec l'aide d'un régime cétogène


Lola a 29 ans, elle vit en France avec son fils de 4 ans et combat un cancer du sein de grade III avec l’aide d’une diète cétogène. Lola partage son expérience et ses connaissances avec nous.

EatFat2BeFit : Nous tenons à vous remercier pour cet entretien. Tout d’abord pouvez-vous vous présenter, et nous expliquer votre façon de vous alimenter avant d’avoir pris la décision du changement ?

Lola : Je suis mère d'un garçon de 4 ans. Avant je faisais le régime seignalet très stricte – quasi entièrement crudivore excepté pour les céréales. Très peu de viande, peu de graisses, et beaucoup d'hydrates de carbone.

EatFat2BeFit : Comment avez-vous connu l’alimentation LCHF et pourquoi avoir l’avoir choisie ?

Lola : Je l'ai connue par le biais d'internet, grâce au témoignage de Christine Wader qui avait le même cancer que moi, et aussi par Elaine Cantin avec qui je suis entrée en contact. 

EatFat2BeFit : Qu’est ce qui a concrètement motivé votre passage à une alimentation réduite en glucides et élevée en lipides ?

Lola : Après avoir mis du miel sur un abcès du sein (sur les conseils d'un célèbre médecin de Montpellier) ce dernier a tourné en tumeur triple négative de grade 3. J'ai d'abord essayé toute sorte de régimes, mais c'est encore le jeûne qui me convenait le mieux. Or, j'ai perdu 10 kilos – j'étais très maigre – et j'ai connu la fonte musculaire. Du jour où j'ai compris que le cancer se nourrissait de sucre et de protéines cela a changé ma vie. Franchement, je ne pense pas que j'aurais tenu ce régime sans l'ombre du cancer, des traitements et de la mort.

EatFat2BeFit : Comment se sont passés vos débuts ? Avez-vous démarré de manière stricte sans écarts, ou y êtes-vous allés progressivement ?

Lola : J'ai démarré immédiatement de manière stricte par des bouillons à l'huile de coco et suis entrée en cétose très vite, au bout de 24 heures. 

EatFat2BeFit : Avez-vous été fatigué, avez-vous éprouvé d’autres effets indésirables ?

Lola : Au contraire, je n'avais pas connu une telle énergie depuis ma tendre enfance ! 

Et surtout je n'ai plus ressenti aucun effet secondaire de la chimiothérapie. C'était juste incroyable pour moi comme pour mon entourage ou le personnel hospitalier.

EatFat2BeFit : Surveillez-vous votre cétose avec des bandelettes ou un outil électronique ?

Lola : J'ai utilisé Keto-diastix pendant un mois et c'était violet le plus souvent, le matin rose. À présent, je n'ai pas assez de sous pour cela... À vrai dire en ce moment je vends mes légumes du jardin pour m'acheter du beefsteak et les compléments alimentaires. Je vais faire les vendanges. 

Mais je le sens quand je suis en cétose ! Une fois j'ai mangé un peu trop de melon et j'ai eu d'un coup tous les effets secondaires de la radiothérapie: on ne m'y reprendra plus. Après c'est vrai que j'aimerais pouvoir contrôler car peut-être que je me trompe souvent: je n’ai jamais rien pesé ni calculé, tout est fait au feeling. N’existe-t-il pas une machine pour contrôler le taux de corps cétoniques d'ailleurs ? (EatFat2BeFit : il existe Ketonix)

EatFat2BeFit : Avez-vous été accompagnée par des professionnels de santé dans cette démarche ou avez-vous abordé l’alimentation LCHF seule ?

Lola : Toute seule comme une grande. Les toubibs, oncologues, etc. ont tenté de me décourager, ainsi que ma famille, mais ils ont arrêté quand ils ont vu les résultats surprenants. L'un d'entre eux, un homéo-généraliste de Perpignan, prescrit même ce régime à ses patients aux vues de mes analyses de sang impeccables !

EatFat2BeFit : Prenez vous des compléments alimentaires ? Si non, comptez-vous le faire ?

Lola : Oui je prends des oméga 3 marins, de la vitamine D, de l’acide lipoique, du curcuma en gélules avec de la quercétine, du resvératrol et du gingembre, de la chlorella et autres antioxydants ou encore de la vitamine C. Je n’ai pas voulu prendre les médocs du protocole de Laurent Schwartz pour bloquer tout à fait la consommation de glucose car il peut y avoir des atteintes hépatiques.

EatFat2BeFit : Qui cuisine à la maison ?

Lola : Nous sommes nombreux chez moi: parfois c'est moi qui cuisine, parfois c'est mon copain ou encore ma mère ou ma sœur.

EatFat2BeFit : Comment se passe concrètement une journée alimentaire pour vous ?

Lola : Le matin je fais du thé vert aux épices avec de l’huile de coco. Quand je peux je prends du poisson (maquereau, sardine, saumon, foie de morue) ou sinon un petit morceau de fromage avec du beurre cru (rare car cher, et puis il y a trop d’oméga 6 et d'IGF 1 à mon sens) parfois de l'avocat, des cornichons ou des concombres du jardin à l'huile d'olive. Ou bien du café à l'huile de coco et un carré de chocolat à 90% ou bien un œuf de mes poules. À midi de la viande ou du poisson avec des légumes crus ou cuits et du tamari, le soir idem. Parfois au goûter des noix, amandes, fraises framboises (tout du jardin sauf les cacahuètes), des mûres sauvages.

EatFat2BeFit : Avez-vous introduit de nouveaux aliments ? Lesquels ?

Lola : l'huile de palme rouge, l'huile de coco, le raifort, le chocolat à 90%, le gras de porc, le gras de canard, le beurre et le fromage au lait cru (j'en consomme très peu), le gibier, le sanglier.

EatFat2BeFit : Quels sont les aliments que vous aimiez et que vous ne mangez plus ? Quel degré de difficulté pour vous cela a représenté de les bannir ?

Lola : J'adorais le sucre et tous les aliments sucrés, je me nourrissais essentiellement de fruits, de céréales complètes et de légumineuses lorsqu'on m'a diagnostiqué le cancer du sein. 

Je pense que tout est une histoire de mode, d'habitudes et de volonté. Du moment où j'ai intégré à quel point le sucre était nocif – ainsi que les protéines en grandes quantités – cette bouffe que j'aimais m'a paru tout à fait malsaine et superflue. 

EatFat2BeFit : Aimez-vous manger en général ? Considérez-vous cette diète comme savoureuse ou incompatible avec le plaisir de manger ?

Lola : Bien sûr que la diète céto est délicieuse: je me régale chaque jour, y compris mon copain et mon petit garçon ! J'aime bien inventer de nouveaux plats, des gratins, des galettes, des fat-bombs, carpaccio, poissons marinés, viandes en sauces. Chaque repas est une fête, comme chaque matin où je me réveille en remerciant la terre d'être en vie.

EatFat2BeFit : Comment gérez-vous les repas à l’extérieur, au restaurant ou en famille ?

Lola : On ne peut se permettre d'aller au restaurant. J'ai participé au repas du village et j'ai mangé : la charcuterie, le fromage, salade de tomates /concombres, et le poisson de la paëlla (mon mec a mangé le riz).

Sinon quand on part faire la fête j'explique aux gens mon régime et parfois, s'il n'y a rien que je puisse manger alors je ne mange pas – cela ne me dérange pas car je connais rarement la faim. 

Comprenez que tout cela me paraît superficiel à côté de ce que je viens de passer. Je ne suis pas blessée ni choquée par les remarques car il est bien normal que les gens ne comprennent pas cette diète, y compris certains de mes amis et ma propre famille parfois. Peut-être que j'aurais eu la même réaction avant ! Il n'empêche que tous les cancéreux qui me voient me demandent des conseils et la plupart s'y sont mis.

EatFat2BeFit : Considérez-vous la diète cétogène comme handicapante d’un point de vue social ? Comment survivez-vous en ne consommant presque plus de glucides dans un environnement où ils sont partout ?

Lola : Il me semble que la diète est loin d'être handicapante, du fait qu'elle intéresse beaucoup les gens. Ces personnes posent des questions et s'informent: qui ne connait pas dans sa famille ou son entourage quelqu'un ayant développé une maladie dégénérative ? 

De plus, je dois avouer qu'en général mon régime passe inaperçu pendant les repas entre amis ou à l'extérieur. Je me débrouille en mangeant un peu de viande, un peu de salade, l'important étant de veiller à avoir avant ou après le repas, l'apport de gras nécessaire à la cétose !

EatFat2BeFit : Faisiez-vous du sport avant et en faites-vous maintenant ?

Lola : Non, le sport m'a toujours ennuyée. Cependant j'ai l'habitude de travailler aux champs, je vais faire les courses dans les villages voisins à vélo (à 3 km en moyenne) et comme c'est très pentu et que j'ai mon fils de 20 kilos derrière moi j'ai opté pour un vélo à assistance électrique d'occasion qui tombe souvent en panne. J'accompagne souvent mon père au troupeau (6 à 10 bornes voir plus par jour), je bêche le jardin, je plante des arbres je fais les cueillettes et travaux de réparations, je déplace des tonnes de fumier et de terre à la brouette... Actuellement je viens de terminer de faucher à la faux un champ assez conséquent mais j'ai une pêche d'enfer ! Avant je bougeais pas mal mais mon bébé était petit je l'allaitais (jusqu'à ses 3 ans) c'était moins facile tout de même. 

EatFat2BeFit : Êtes-vous sensible à l’aspect santé de cette diète en terme de prévention des maladies métaboliques ?

Lola : Oui très. Je le sens dans mon corps au quotidien ! C'est pour cela que je la conseille aux autres malades ou à ceux qui sont en passe de l'être.

EatFat2BeFit : Est-ce désormais votre alimentation - une sorte de philosophie alimentaire - ou bien pensez-vous cesser de manger cétogène un jour ?

Lola : Céto un jour céto toujours ! Le cancer triple négatif est un des plus agressifs qui soient. Il métastase par les vaisseaux sanguins directement au foie au cerveau ou encore dans les os. Peu de femmes jeunes s'en sortent car il est très rapide et ces dernières ne sont pas informées qu'il fonctionne en brûlant du glucose et de la glutamine. Peut-être que le régime ne suffira pas à me maintenir en vie et sans métastase aucune... seul l'avenir nous le dira.

EatFat2BeFit : Quel bilan global faites-vous de l’alimentation LCHF, quels sont les bienfaits que vous a apporté la diète cétogène ?

Lola : Une qualité de vie incomparable: perte des effets secondaires dus à la chimio, rééquilibrage hormonal, sommeil profond, rêves très clairs, humeur stable, fatigue éradiquée, confiance en la capacité d'adaptation des mitochondries ! Le cerveau à 100 à l'heure, plein de projets, capacité de création renforcée, parfois cela me rappelle le bien être que procurent les drogues sans les effets secondaires.

EatFat2BeFit : Quels conseils donneriez-vous à ceux qui hésitent à franchir le pas ? A ceux qui démarrent ?

Lola : Si vous n'avez pas une bonne raison de le faire, alors ne le faites pas car vous le feriez mal. 

Vous hésitez, ça veut dire que ce n'est pas le moment. Documentez-vous. Mais si vous êtes malades, sachez que si ce régime ne peut vous sauver la vie, il peut en améliorer fortement la qualité.

EatFat2BeFit : Un dernier mot pour nos lecteurs ?

Lola : Ce n'est pas un médecin, une cure ni un régime qui va te guérir, tout repose sur toi et ta volonté. Il est si simple de s'apitoyer sur soi-même, de se laisser aller et de se reposer sur autrui, mais rien de tout cela ne t'aidera: il faut foncer. 

EatFat2BeFit : Merci Lola pour ce témoignage  !

***
Lire un autre témoignage de Lola sur sa maladie sur le site cancer-et-metabolisme.fr 

***

Note : Si vous aussi vous souhaitez apporter votre témoignage de l’alimentation LCHF aussi bien pour rester en forme que pour perdre du poids, dans le cadre d’une performance sportive ou pour lutter contre la maladie, n’hésitez pas à contacter EatFat2BeFit.fr car chaque expérience partagée est précieuse.