NEWS !
Loading...

Témoignage de Sarah, 19 ans, 2 mois d'alimentation LCHF et déjà 10 kilos de perdus

Sarah Coudert a 19 ans, réside en France, et vient de commencer depuis 2 mois sa révolution alimentaire en utilisant un régime LCHF (pauvre en glucides et riche en lipides) avec l’objectif de perdre du poids et de rester en bonne santé. Sarah a déjà perdu 10 kg et partage son expérience avec nous.

EatFat2BeFit : Nous tenons à vous remercier pour cet entretien. Tout d’abord pouvez-vous vous présenter, et nous expliquer votre façon de vous alimenter avant d’avoir pris la décision du changement ?

Sarah : Pendant quasiment toute mon enfance, mon alimentation était plutôt dégénérée : non seulement je mangeais énormément de sucreries, pâtes, riz, féculents etc, mais les brimades sur mon poids étaient telles que j'ai eu des périodes de boulimie très intenses durant le collège, n'aidant en rien ma prise de poids.

Je pesais déjà presque 100 kilos dès mes quatorze ans, et j'avais atteint les 102 kilos à mes quinze ans – poids qui n'a pas changé pendant trois ans – pour finalement gagner 6 kilos durant l'examen d'entrée pour l'école où je suis actuellement, où mon alimentation se résumait alors à kebab le midi et pizza le soir, et ce durant un mois. Depuis un an, mon alimentation était ce que quelqu'un aurait qualifié de « normal » et « stable », sans excès particuliers, mais sans perte de poids pour autant.

EatFat2BeFit : Comment avez-vous connu l’alimentation LCHF et pourquoi l’avoir choisie ?

Sarah : J'ai connu le régime LCHF grâce au créateur de EatFat2BeFit qui parlait assez souvent de ce « régime miracle ».

Je suis quelqu'un de très, très, très scientifique et très terre à terre. Je ne crois que ce que je vois et ne considère que comme totalement acquis quelque chose que j'aurais moi-même vécu. Et encore…

Le régime LCHF, comme la plupart des personnes qui en entendent parler (si ce n'est la totalité), je n'y croyais vraiment pas du tout au début. N'importe qui d'autre à part Ulrich Genisson m'aurait parlé de ce régime que j'aurais crié de suite au charlatanisme. Pour moi ce régime était bidon, et pour m'en convaincre ou me persuader du contraire, il me fallait des preuves.

Moi et mon compagnon avons alors entrepris une recherche assez poussée sur ce régime, notamment ses validations dans le monde scientifique, et avons alors découvert quelque chose qui nous semblait impossible aux premiers abords : près de 20 articles scientifiques tout à fait valables le déclaraient comme plus efficace qu'un régime standard, et quasiment aucun n'allait dans le sens contraire.

Nous nous sommes alors renseignés sur la marche à suivre pour débuter ce régime, et sommes tombés sur des sites américains expliquant simplement la démarche à suivre et j'ai alors opté pour une expérience pragmatique et empirique : tester le régime LCHF sur moi même pendant un mois. Et jusque-là les résultats sont très concluants et satisfaisants ! (Voir plus loin dans l'interview).

EatFat2BeFit : Qu’est ce qui a concrètement motivé votre passage à une alimentation réduite en glucides et élevée en lipides ?

Sarah : Ma santé principalement. J'ai une peur assez poussée de la mort, et j'ai compris assez tardivement que la joie et la chance que j'ai de pouvoir vivre en ce monde serait écourtées à cause de mon poids. Je suis en bonne santé, mais au vu du poids et de l'état de santé de mes parents, je me doute bien de ce qui m’attend dans quelques années si je ne m'y prends pas maintenant. Sinon je tiens à préciser que suis bien dans mon corps, et ce n'est pas du tout mon physique qui m'a poussé à maigrir.

EatFat2BeFit : Comment se sont passés vos débuts ? Avez-vous démarré de manière stricte sans écarts, ou y êtes-vous allés progressivement ?

Sarah : J'ai commencé directement à la dure. Plus de sucre, plus de glucides, de sucres lents, rien à plus de 5% de glucides. Je suis une guerrière !

EatFat2BeFit : Avez-vous été fatiguée, avez-vous éprouvé d’autres effets indésirables ?

Sarah : J'ai été effectivement fatiguée la première semaine, mais ça s'est plutôt bien passé. Je prends du sucralose à la place du sucre normal, donc mon « sevrage » au sucre était plutôt simple.

EatFat2BeFit : Surveillez-vous votre cétose avec des bandelettes ou un outil électronique ?

Sarah : Non, je mange tellement peu de glucides que je pense (sais ?) que mon corps est en cétose. Je pourrais le vérifier mais je ne sais pas où acheter ces bandelettes, et je n'ai pas un budget très élevé.

EatFat2BeFit : Avez-vous été accompagnée par des professionnels de santé dans cette démarche ou avez-vous abordé l’alimentation LCHF seule ?

Sarah : Non j'ai démarré seule, sauf si mon compagnon scientifique est considéré comme professionnel. Je me suis débrouillée seule, et j'étais déterminée à le suivre, je pense que ça suffit. Ce régime est suffisamment simple à suivre pour ne pas avoir besoin d'un nutritionniste, à coup sûr conservateur qui aurait tenté de me décourager.

EatFat2BeFit : Prenez vous des compléments alimentaires ? Si non, comptez-vous le faire ?

Sarah : Non et non. Je n'en vois pas l'intérêt pour le moment.

EatFat2BeFit : Qui cuisine à la maison ?

Sarah : Mon compagnon principalement, et moi parfois. Nous ne faisons jamais de la cuisine très compliquée, c'est souvent de la viande (bavette, steak, etc) et des légumes à côtés à la cocotte ou à la poêle.

EatFat2BeFit : Comment se passe concrètement une journée alimentaire pour vous ?

Sarah : Je déjeune du thé le matin avec du sucralose, le midi c'est soit une salade à emporter et une boîte de sardines/maquereaux si je ne suis pas à la maison et le soir c'est toujours une viande, des légumes, du fromage, de la salade et un dessert. Je prends aussi de la tisane, du thé l'après-midi avec des amandes ou du saucisson entre les repas quand j'ai vraiment faim.

EatFat2BeFit : Avez-vous introduit de nouveaux aliments ? Lesquels ?

Sarah : Les brocolis et les amandes pour le moment. Sinon j'étais déjà familière aux légumes donc pas vraiment. Je bois aussi bien plus de tisane et de thé.

EatFat2BeFit : Quels sont les aliments que vous aimiez et que vous ne mangez plus ? Quel degré de difficulté pour vous cela a représenté de les bannir ?

Sarah : Les glaces en été, le chocolat et tout ce qui est dessert et sucré. Ça a été difficile au début mais maintenant cela ne me fait plus rien. C'est toujours frustrant de voir des amis ramener des bonbons et de ne pas pouvoir piocher dedans, de devoir refuser à tout le monde les propositions en matière de partage de nourriture, mais ça devient un automatisme au bout d'un moment, et mes amis ne me proposent plus rien de sucré, connaissant mon régime.

EatFat2BeFit : Aimez-vous manger en général ? Considérez-vous cette diète comme savoureuse ou incompatible avec le plaisir de manger ?

Sarah : J'adoooooooore manger. Manger est un plaisir. Cette diète est plus que compatible avec mon envie de manger. Je peux manger ce que je veux en quantités suffisantes et je peux manger à ma faim sans compter mes calories ou peser ce que je mange. Un régime où l'on peut manger du camembert et du bacon, c'est la vie !

EatFat2BeFit : Comment gérez-vous les repas à l’extérieur, au restaurant ou en famille ?

Sarah : En famille, mes parents me font à manger selon mon régime, tout comme mes beaux-parents.

J'ai passé une semaine à Londres récemment et il était difficile de me nourrir le midi, mais je pouvais me faire à manger le soir donc ça allait. J'ai dû faire des écarts à mon régime plusieurs fois, comme manger du poulet frit dans une chaîne de fast-food connue, ou bien manger parfois des frites le midi durant ce voyage, car ça revient cher de manger dans un restaurant ou bien il est difficile d'emporter de la nourriture dans la journée. Étonnamment je n'ai pas pris de poids comme je m'y attendais. Sinon je n'ai aucune difficulté à manger à l'extérieur en règle générale.

EatFat2BeFit : Considérez-vous la diète cétogène comme handicapante d’un point de vue social ? Comment survivez-vous en ne consommant presque plus de glucides dans un environnement où ils sont partout ?

Sarah : Niveau social, ce qui est compliqué c'est parfois de devoir refuser de la nourriture/boisson proposée par des amis, et de devoir la plupart du temps expliquer pourquoi. On doit alors se lancer pour la énième fois dans une explication biologique et scientifique du régime pour convaincre la personne que NON je n'ai pas de carence, NON ne pas manger des fruits ne vas pas me faire mourir, OUI le sucre dans les fruits c'est du vrai sucre, et que la notion de « bon sucre » n'existe pas, que NON le gras ne vas pas me tuer, me filer le cancer – bien au contraire, que OUI je peux réfléchir et vivre sans manger du sucre.

C'est souvent laborieux, chronophage pour au final ne pouvoir obtenir qu'un 'mouais' un peu mou de la personne en face, persuadée que vu que ce régime n'est pas celui dont il a l'habitude, c'est du charlatanisme, malgré les dix/quinze bonnes minutes qu'on a pris à lui expliquer sa base scientifique et empirique.

EatFat2BeFit : Faisiez-vous du sport avant et en faites-vous maintenant ?

Sarah : Non et non. Je fais quelques exercices de step de temps en temps, mais juste me rendre à mon école me fait marcher à peu près 50 minutes par jour, ce que je considère suffisant (mon école ne ferme pas pendant les grandes vacances).

EatFat2BeFit : Êtes-vous sensible à l’aspect santé de cette diète en terme de prévention des maladies métaboliques ?

Sarah : J'avoue ne pas m'y être réellement intéressée, mais je tombe parfois sur des articles citant ses avantages et son efficacité dans la lutte anti cancer et anti diabète, notamment sur le site EatFat2BeFit.

EatFat2BeFit : Est-ce désormais votre alimentation – une sorte de philosophie alimentaire – ou bien pensez-vous cesser de manger cétogène un jour ?

Sarah : J'ai commencé il y a deux mois et demi et j’ai encore pas mal de kilos à perdre (une cinquantaine encore) donc je ne sais absolument pas me positionner là-dessus. Seul le temps nous le dira !

EatFat2BeFit : Quel bilan global faites-vous de l’alimentation LCHF, quels sont les bienfaits que vous a apporté la diète cétogène ?

Sarah : Déjà ma perte de poids. C'est indéniable, je marche plus vite, j'ai plus de souffle, je me déplace mieux. Dix kilos de perdus en deux mois, et passer sous la barre des 100 kilos pour la première fois en six ans est un exploit que je n'aurais jamais espéré accomplir avec un régime normal. Ne plus se sentir obligée de manger sucré est aussi une sensation assez plaisante.

EatFat2BeFit : Quels conseils donneriez-vous à ceux qui hésitent à franchir le pas ? A ceux qui démarrent ?

Sarah : Achetez 100 kilos d'amandes grillées (sérieusement, c'est une tuerie), mangez ce que vous aimez, ne vous laissez jamais influencer par votre entourage qui voudra vous empêcher de démarrer ce régime, vous le regretteriez et sincèrement par la suite vous vous bénirez d'avoir commencé.
Regardez bien TOUS les indicateurs de glucides si vous achetez des trucs à manger. Pour n'importe quoi, parfois la surprise est grande. Méfiez-vous des « sans matières grasses ». Accrochez-vous, ça peut être difficile parfois, mais ça en vaut tellement la peine...

EatFat2BeFit : Un dernier mot pour nos lecteurs ?

Sarah : Aimez votre vie, elle est précieuse. Respectez-vous et donnez-vous la possibilité de rester sur cette Terre aussi longtemps que possible, et ce dans le meilleur état de santé possible. Ne gâchez pas le temps que vous avez ici, il est inestimable, ne vous laissez pas guider par votre paresse comme j'ai pu le faire à un moment donné.

EatFat2BeFit : Merci Sarah pour ce témoignage !

***

Note : Si vous aussi vous souhaitez apporter votre témoignage de l’alimentation LCHF aussi bien pour rester en forme que pour perdre du poids, dans le cadre d’une performance sportive ou pour lutter contre la maladie, n’hésitez pas à contacter EatFat2BeFit.fr car chaque expérience partagée est précieuse.