NEWS !
Loading...

Témoignage d'Aurélie guérie d'une hyperinsulinémie et moins 27 kg grâce à 6 mois d'alimentation LCHF


Aurélie a 37 ans quand elle prend la décision de venir à bout d’une hyperinsulinémie et en même temps d'un surpoids ainsi qu’un état inflammatoire généralisé provoquant des maux de tête, des problèmes digestifs ainsi que d’autres pathologies liées au sucre. Elle partage avec nous ce précieux témoignage prouvant que la réussite est au bout de l’engagement dans une alimentation LCHF.

EatFat2BeFit : Nous tenons à vous remercier pour cet entretien. Tout d’abord pouvez-vous vous présenter, et nous expliquer votre façon de vous alimenter avant d’avoir pris la décision du changement ?

Aurélie : bonjour, je m’appelle Aurélie, j’ai 37 ans et je suis infirmière.

Avant que le changement s’impose à moi, je mangeais à peu près tout ce qui passait à portée de bouche et surtout ce qui me remplissait physiquement et psychologiquement. J’étais très mal dans ma peau, et bien que cela n’ait jamais vraiment été diagnostiqué, je pense que j’étais très proche de la boulimie. Si je n’allais pas bien, il fallait que je mange. Je ne pensais plus qu’à ça. Et si possible, du sucré, du qui réconforte mon cerveau : gâteaux, bonbon, chocolat, junk food….

EatFat2BeFit : Pouvez-vous nous expliquer votre pathologie, vos problèmes de santé, et vos rapports avec les professionnels de santé ?

Aurélie : Je souffre d’hyperinsulinisme. Mais une fois que le diagnostic est posé, qu’on est sûr qu’il n’y a pas de tumeur ou autre pouvant expliquer la pathologie, on ne trouve plus personne à qui parler. On se contente de nous conseiller un régime « diabétique » (féculent, peu de sucres rapides, légume à chaque repas, peu de gras surtout pas animal…). J’ai essayé pendant un temps un traitement oral pour le diabète, connu pour fonctionner, mais les effets indésirables (diarrhées, flatulences…) rendaient ma vie sociale plus compliquée. Déjà que ça n’était pas simple au départ.

Aurélie B. Avant / Après 6 mois d'alimentation LCHF

J’ai été diagnostiquée une première fois il y a 5 ans environ, devant des problèmes de poids que je ne régulais pas, malgré une alimentation hypocalorique à ce moment-là, des soucis digestifs dont on ne connaissait pas l’étiologie et des migraines de plus en plus fréquentes. Mais le traitement n’avait pas fonctionné, je faisais des hypoglycémies, j’étais fatiguée, j’ai mangé pour me sentir mieux et j’ai pris du poids, beaucoup de poids.

EatFat2BeFit : Comment avez-vous connu l’alimentation LCHF (cétogène) et pourquoi l’avoir choisie ?

Aurélie : en début d’année, j’ai perdu mon papa. J’ai mangé encore plus mal que d’habitude, et l’alimentation associée au mal être psychologique, j’ai fait de très très grosses hypoglycémies, avec des malaises, des nausées, des vomissements parfois. Je suis allée voir mon médecin, qui m’a dit que je faisais comme un trop plein de sucre et que mon corps se rebellait. Il était démuni face à ça car il ne savait pas quoi faire. J’ai eu de la chance, il est curieux et m’a dit que dans d’autres pays, on se tournait vers l’alimentation cétogène pour les problèmes métaboliques. Mais il m’a aussi avoué qu’il n’était pas formé du tout à cette alimentation. Mais j’avais essayé beaucoup de choses, alors pourquoi pas, même si l’idée de manger plus gras pour aller mieux me laissait dubitative.

EatFat2BeFit : Expliquer nous comment ça s’est passé au début, comment l’avez-vous vécu, qu’avez-vous ressenti, parlez-nous des effets bénéfiques ?

Aurélie : Je me suis documentée, seule et avec lui. On a convenu d’un suivi, surtout les premiers temps, en lisant les effets secondaires que le régime cétogène pouvaient engendrer (hypokaliémie, pertes d’électrolytes en général, fatigue….). Je faisais donc un bilan sanguin régulier, ce qui nous rassurait tous les deux, mon mari aussi. 

Tout en me documentant, j’ai commencé avec des macros à 20g de glucides et 90g de protides. Il fallait tout compter, s’y astreindre. Les débuts ont été très compliqués. Expliquer au travail que non, on ne déjeune pas là, qu’on ne mange pas un bout de pain, dommage pour les croissant que le chef a amené. Je n’avais pas conscience des tentations et de ce que je mangeais vraiment avant de me mettre à tout compter. 

Je me suis sentie un peu isolée, au niveau des repas de famille, des sorties. C’était loin d’être simple. 

Le plus dur a vraiment été de réexpliquer, encore et encore, se rendre compte que les gens autour de soi ne comprennent pas et nous prennent pour une folle. 

Mais j’ai tenu bon, mon mari était présent et surtout, en quelques jours, j’ai vu des changements s’opérer. 

Moins de fatigue, moins de problèmes digestifs. Au départ, je ne pensais pas que c’était mon changement de mode d’alimentation, je me disais que comme d’habitude, c’était un petit répit avant que ça reflambe. Mais ça s’est pérennisé. Maintenant, je n’ai quasi plus de migraine, j’ai perdu beaucoup de poids (27kg actuellement en 6 mois), je ne suis plus en cétogène strict mais en LCHF (50g de glucides par jour) parce que 20g, c’était compliqué pour moi.

Mes troubles digestifs se sont envolés. Je souffrais de diarrhées fulgurantes, de douleurs abdominales intenses. Et là, tout va bien. J’ai même cru être constipée (je l’ai été un peu au début mais hépar et psyllium sont mes amis) mais non, mon nouveau rythme est d’une fois tous les 3 jours. C’est surprenant. 

Je n’ai plus de fringales sucrées. Après, il m’arrive d’avoir envie de compenser une mauvaise nouvelle, mais c’est beaucoup moins fréquent et les quantités que je peux avaler sont moindre. C’est un véritable sevrage du sucre, trop et je suis dégoûtée.

EatFat2BeFit : Avez-vous été fatiguée, avez-vous éprouvé d’autres effets indésirables ?

Aurélie : je travaille dans un hôpital, et comment dire, c’est parfois difficile de faire une pause pipi. Au début de la diète, j’ai eu l’impression d’y passer ma vie ! j’ai eu quelques coups de pompes au départ, mais en une semaine, c’est vite passé. 

Les premiers jours, lors du passage en cétose, j’ai eu un peu mauvaise haleine, mais ça n’a que peu duré. Pareil pour la fatigue que je ressentais en début de soirée. J'ai changé de rythme en fait, je me couche plus tôt et me lève plus tôt en meilleure forme. Et plus de réveils nocturnes.

EatFat2BeFit : Surveillez-vous votre cétose avec des bandelettes ou un outil électronique ?

Aurélie : J’ai surveillé au départ avec des bandelettes urinaires, et parfois avec un lecteur de glycémie, pour me confirmer que j’étais sur la bonne voie. Mais maintenant, je me fie à mes sensations. Ce sont elles qui me permettent de déterminer si je suis dans ma zone de confort ou pas. J’ai appris à me connaître.

EatFat2BeFit : Avez-vous été accompagnée par des professionnels de santé dans cette démarche ou avez-vous abordé l’alimentation LCHF seule ?

Aurélie : j’ai d’abord été suivie, mais j’ai vite trouvé des groupes sérieux (dont eatfat2befit.fr ;-) ) qui m’ont permis d’apprendre seule par la transmission de connaissance. Mon médecin m’a vite expliqué qu’il n’était pas formé et qu’en France, le LCHF était encore un peu marginal alors qu’il est porteur d’espoir pour beaucoup de gens.

EatFat2BeFit : Prenez vous des compléments alimentaires ? Si non, comptez-vous le faire ?

Aurélie : au tout début, lorsque que je faisais une diète cétogène à 20g de glucides, j’ai eu un peu de potassium à prendre, mais j’ai ensuite compensé par l’alimentation. Je continue à prendre du magnésium marin en cure avec de la spiruline. Mais c’est un régime qui peut être parfaitement équilibré si on comprend ce que l’on fait

EatFat2BeFit : Qui cuisine à la maison ?

Aurélie : Moi, principalement et mon mari. Quand il cuisine pour moi aussi, il va puiser dans mes recettes cétogènes, il fait beaucoup d’efforts.

EatFat2BeFit : Comment se passe concrètement une journée alimentaire pour vous ?

Aurélie : cela dépend de mes activités de la journée. Si je travaille du matin, je fais un petit déjeuner m’apportant des protéines (jambon, bacon, œufs…) ainsi que du gras (huile de coco ou beurre) avec une ou 2 tranches de pain céto (œuf, amande, lin, psylllium) et un thé. Si je ne travaille pas, je ne déjeune pas. 

Mon repas de midi est composé de viande, ou poisson, avec une bonne dose de légumes, arrosé d’huile d’olive ou de noix, un peu de fromage et parfois un yaourt grec mixé avec quelques baies.

Si j’ai déjeuné le matin, souvent, je ne mange pas le soir, ou alors, juste une soupe maison avec de l’huile de coco et un peu de lard (juste pour le goût). Si je n’ai pas déjeuné, je fais un repas plus léger que celui du midi (pas de dessert par exemple).

Je me fais parfois une collation de 30g de noix en mélange (je privilégie les macadamia et les noix de Grenoble, mais on trouve aussi d’autres noix dans mes mélanges) avec un carré de chocolat noir à au moins 85%. Parfois, je fais des collations « sucrées » LCHF (cookies, muffins, moelleux…) mais cela reste exceptionnel.

Ma ration calorique (je suis toujours en recherche de perte de poids) est aux alentours des 1400 Kcal.

EatFat2BeFit : Avez-vous introduit de nouveaux aliments ? Lesquels ?

Aurélie : L’huile de coco. Je ne l’utilisais pas du tout avant, je ne pourrais plus m’en passer. Tout comme le psyllium.

EatFat2BeFit : Quels sont les aliments que vous aimiez et que vous ne mangez plus ? Quel degré de difficulté pour vous cela à représenté de les bannir ?

Aurélie : j’étais une grande mangeuse de pain. Ça a été très dur pour moi de ne plus en manger. Les solutions de remplacement que l’on nous propose en LCHF ne sont pas toujours parfaites, mais on fait avec. Le plus dur, c’est quand je vais chercher du pain pour le reste de la famille et qu’il sent bon dans la voiture… Mais je résiste !

EatFat2BeFit : Aimez-vous manger en général ? Considérez-vous cette diète comme savoureuse ou incompatible avec le plaisir de manger ?

Aurélie : J’adore manger ! et j’adore recevoir. Je m’amuse vraiment en cuisine, même les plats traditionnels peuvent être accommodés en céto !

EatFat2BeFit : Comment gérez-vous les repas à l’extérieur, au restaurant ou en famille ?

Aurélie : Pour la famille, il a fallu expliquer et réexpliquer ce mode alimentaire, mais on y arrive (en réexpliquant à chaque fois, mais bon). Pour les repas à l’extérieur, j’arrive généralement à m’en sortir, il y a toujours de la viandes et des légumes. Et puis, s’il faut, j’équilibre sur la journée complète en compensant ce que je n’ai pas pu avoir dans mes macros dans un autre repas.

EatFat2BeFit : Considérez-vous la diète cétogène comme handicapante d’un point de vue social ? Comment survivez-vous en ne consommant presque plus de glucides dans un environnement où ils sont partout ?

Aurélie : Au départ, je pensais que cela me coupait un peu du monde, mais une fois que j’ai bien compris ce que je pouvais manger et comment, c’est devenu un défi pour moi de faire à manger pour les gens, en céto, et qu’ils ne s’en rendent pas compte. Bien souvent, ils envient mes assiettes aussi.

Le plus compliqué, c’est les tentations au travail, mais une fois que le pli est pris, ma foi, tout se passe bien.

EatFat2BeFit : Êtes-vous sensible à l’aspect santé de cette diète en terme de prévention des maladies métaboliques ?

Aurélie : oh oui. C’est d’abord pour ça que je m’y suis mise. Mais plus le temps passe et plus je me rends compte des bienfaits de cette alimentation. Les études que nous transmettent les gens sur les groupes dont je fais partie me permettent d’avancer dans mes connaissances et je suis persuadée que le céto est un traitement à part entière, que ce soit en préventif ou en curatif.

EatFat2BeFit : Est-ce désormais votre alimentation - une sorte de philosophie alimentaire - ou bien pensez-vous cesser de manger cétogène un jour ?

Aurélie : je ne pense pas arrêter le LCHF, c’est un nouvel équilibre pour moi, c’est un mode de vie qui me convient et qui me permet d’être bien.

EatFat2BeFit : Quel bilan global faites-vous de l’alimentation LCHF, quels sont les bienfaits que vous a apporté la diète cétogène ?

Aurélie : mon bilan est largement positif. La majorité de mes douleurs d’origine inflammatoire (digestive, migraines, articulaires…) ont disparue, mon pancréas se repose et j’ai perdu du poids. J’atteins un équilibre que je n’avais pas depuis très longtemps. Je me sens à nouveau maître de ma vie et de mon corps.

EatFat2BeFit : Quels conseils donneriez-vous à ceux qui hésitent à franchir le pas ? A ceux qui démarrent. Vous nous avez dit que vous n’hésitiez pas à en parler autour de vous, alors comment est-ce reçu dans votre entourage ?

Aurélie : beaucoup me regardent comme une allumée au départ. Ensuite j’explique, je montre et je démontre. J’y vais petit à petit. Je les laisse mûrir leur réflexion et je réponds aux questions. 

Je renvoie vers les sites de référence que je consulte quasi quotidiennement.

Mon prochain projet est de recevoir à la maison les amies qui veulent se lancer, pour ne pas être seules et pour continuer ce devoir de transmission que nous avons quand nous commençons. Nous testerons des recettes et confronterons nos expériences. Le corps médical n’est pas formé et souvent pas intéressé. Et si nous ne nous prenons pas en main, nous sommes seuls.

EatFat2BeFit : Un dernier mot pour nos lecteurs ou des conseils de lectures qui ont pu vous aider ?

Aurélie : pour les recettes, j’ai acheté céto cuisine de Magali Walkowicz ainsi que le compteur de glucides.

Je navigue souvent sur votre site ainsi que sur http://regimeketo.com .

Et je lis beaucoup d’études (malheureusement en anglais) à travers un groupe facebook qui existe justement pour la transmissions des savoirs.

EatFat2BeFit : Nous vous remercions sincèrement pour ce témoignage Aurélie !